Rencontre avec Eric FREYSSELINARD à Villers-lès-Nancy

Monsieur Eric Freysselinard, Préfet de Meurthe-et-Moselle, a présenté, ce vendredi 12 octobre, son dernier livre « Comment la IIIème République a sombré » Journal de Marguerite Lebrun (Septembre 1939 – Juillet 1940) au château de Madame de Graffigny de Villers-lès-Nancy

La section APAC de Villers-lès-Nancy accueillait ce vendredi 12 octobre 2018 dans un salon du Château de Madame de Graffigny, Monsieur le Préfet de Meurthe-et-Moselle Eric Freysselinard, qui venait présenter le journal de Marguerite Lebrun, son arrière-grand-mère et épouse d’Albert Lebrun, dernier Président de la IIIème République. L’ouvrage se situe entre septembre 1939 et juillet 1940.

L’assistance, composée de fidèles et aussi de nouveaux-venus, était nombreuse. Mesdames Marie-Claude Deluce et Gisèle Idoux, Monsieur Jean François Trassart représentaient la municipalité de Villers-les-Nancy.

Madame Deluce prit la parole pour remercier chaleureusement l’APAC, Monsieur le Préfet et Nicole Bardin-Laporte, organisatrice de la rencontre. Celle-ci prit la parole à son tour et rappela le parcours de Monsieur Freysselinard. Agrégé d’Espagnol, après quelques années d’enseignement il a fait des études à Sciences Po, puis intégré l’ENA dont il est également diplômé. Il a alors occupé différents postes dans le haut-fonctionnariat avant d’être maître de stages à l’ENA Strasbourg et, en décembre 2017, il a été nommé Préfet de Meurthe et Moselle. C’est comme un retour aux sources puisque son arrière-grand-père Albert Lebrun, né à Mercy-le-Haut a été conseiller général de Meurthe-et-Moselle. Eric Freysselinard lui a consacré une biographie parue en 2013 aux éditions Belin : « Albert Lebrun, dernier Président de la IIIème République». Biographie qui a été saluée par un prix de l’Académie Stanislas.

L’auditoire fut alors invité à entrer dans l’esprit du journal de Marguerite Lebrun par la lecture d’extraits lus par Simone, Irène et Ginette.

Monsieur Freysselinard présenta alors l’ouvrage écrit entre 1893 et 1947 qui a été confié par la famille aux Archives départementales de Meurthe et Moselle. Il mit en évidence l’intérêt et la spécificité du regard porté sur les événements de 1939 et 1940. Le journal est un récit chronologique, son auteur ne connaît pas a priori le déroulement des événements et ne peut donc biaiser la réflexion.

Marguerite Lebrun écrit un journal intime lié à l’histoire familiale, certes, mais c’est aussi le journal d’une observatrice qui, par sa position, est mieux informée de la vie publique que ses contemporains. La période choisie est particulièrement dramatique puisque la France entre dans la IIème guerre mondiale, la IIIème République se désagrège et le vote de juillet 1940 installe le Maréchal Pétain à Vichy.

L’intérêt du journal est donc nettement historique. Marguerite Lebrun a sa propre perception des événements mais celle-ci s’enrichit à la fois du ressenti de la population et des évocations de personnalités qu’elle est amenée à côtoyer. Elle a une connaissance de la vie politique que les historiens n’ont pas toujours ou ne révèlent pas toujours. On assiste alors au dévoilement de contre-vérités ou de vérités plus nuancées. Ainsi nous apprenons l’origine de la IIème guerre mondiale dans l’intimité privilégiée d’un auteur intelligent, épouse du Président de la République, et qui a qui a su garder son franc parler. Ainsi affirme-t-elle par exemple que «tous les neutres sont des salauds». Pas de censure dans la sphère privée !

Ensuite Eric Freysselinard rappela la chronologie de la carrière d’Albert Lebrun et ses prises de positions dans l’entre-deux guerres. L’idée principale était de faire la paix.

Nicole Bardin-Laporte prit alors la parole pour souligner le regard féminin que l’auteur pose sur les événements. Le souci qu’elle a de sa famille, de son mari, de ses proches, donne toute son humanité au journal qui s’appuie sur le vécu, le quotidien, le bon sens. Voilà qui élargit et enrichit la prise de conscience d’une période historique dominée par des hommes.

La réunion se poursuivit par des échanges avec le public et une séance de dédicaces, puis les participants enrichis d’une page d’histoire se séparèrent après avoir noté le prochain rendez-vous du 23 novembre pour une soirée de sketches de Raymond Devos avec des intermèdes musicaux.    Ginette TANZI

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *