Des mots d’auteurs: Audur Ava OLAFSDOTTIR

Audur Ava OLAFSDOTTIR, née en 1958 à REYKJAVIK, est une écrivaine islandaise, romancière, poète et dramaturge publiée dans vingt-sept pays.
Directrice du musée de l’université d’Islande, elle est très active dans la promotion de l’art.

2004 : Prix de la littérature de la ville de Reykjavik

2008 : Prix culturel de littérature et Prix littéraire des femmes

2016 : Prix littéraire des jeunes européens

En lice pour le Nordic Council Littérature pour 2018

Ör (Zulma, octobre 2017)

Jonas Ebeneser, quarante-neuf ans,divorcé, sans envergure, est en crise profonde. Guère de réconfort à attendre de sa fille Nymphéa, un joli accident de jeunesse et spécialiste de l’eco-système des océans ; ni de sa mère, ancienne professeure de mathématiques à l’esprit égaré. Il veut en finir avec la vie. Doit-il emprunter le fusil de chasse de son voisin pour en finir à la date de son choix ?
Il n’a qu’une passion : restaurer, retaper, réparer Alors, autant se mettre en route pour un voyage sans retour à destination d’un pays abimé par la guerre, avec sa caisse à outils pour tout bagage, et sa perceuse en bandoulière…

Ör est le roman poétique et profond, drôle et délicat, d’une âme vacillante en quête de réparation. Le roman est composé de petits paragraphes dont la plupart des titres sont des citations. Il est ponctué de vers de STEINER, Hunter THOMPSON, Léonard COHEN, Federico GARCIA LORCA… Magnifique !

Une note sublime de l’écrivaine attend le lecteur à la fin de l’histoire.. à ne surtout pas lire par anticipation !

Citations extraites du roman

  • Un écrivain est toujours entrain d’écrire, même quand il n’écrit pas.
  • Le seul vrai voyage consiste à surmonter ses propres obstacles, à atteindre la cime de sa propre montagne.
  • La beauté est dans l’âme de celui qui regarde.

Extraits du roman

N’est-on pas sans cesse en devenir ? En réservation permanente .

Comment dire à cette jeune femme qui a eu tant de mal à survivre avec son petit garçon et son frère sous des pluies de bombes… que j’ai fait tout ce chemin pour me supprimer ?… Mon malheur est au mieux dérisoire, quand tout ce qu’on voit par la fenêtre n’est que ruines et poussière.

Je réfléchis. Tout bien considéré, il n’est pas aussi urgent de mourir au pays de la mort.

La voilà soudain qui se tourne vers moi, la main tendue. Le temps est venu de faire connaissance.

– May

Je lui tends la main en retour.

– Jonas

Notre relation est désormais personnelle. Cela signifie que je ne peux plus lui faire le coup de me tuer quand elle sera de service.

Il y a, dans les romans de l’écrivaine islandaise, une poésie de l’absurde, un fatalisme joyeux, une empathie qui réchauffe : un joyau de pudeur et d’humanité. J.S.

Autres romans publiés

  • Le rouge vif de la rhubarbe (Zulma, Septembre 2016)
  • L’exception (Zulma, Avril 2014 / Point seuil 2016)
  • L’embellie (Zulma, Août 2012 / Point seuil, 2014)
  • Rosa candida (Zulma, Août 210 / Point seuil, 2012)

 

 

D’autres auteurs islandais à découvrir… souvent édités en poche

Kristin Marja BALDURSDOTTIR, BergseinnBIRGISSON, Jon Kalman STEFANSONN, Steinum SIGURDARDOTTIR, Olafur GUNNARSSON, Ragnar JONASSON, Jon Ottar OLAFSSON, Yrsa SIGURDARDOTTIR, Arnaldur INDRIDASON

 

 

Ce contenu a été publié dans Portraits d'auteurs. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Des mots d’auteurs: Audur Ava OLAFSDOTTIR

  1. Valérie VALLONE dit :

    J’ai été très touchée par la lecture de “Rosa Candida”.
    Page après page, l’empathie pour le narrateur gagne le lecteur et le charme inexorable de l’Amour opère sur tous les protagonistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *